Pages

samedi 12 décembre 2009

11 décembre: aux portes du désert

Journée sans cums again... dur dur pour les p'tits suisses.

Afin de varier un peu le menu, nous (enfin... Laurent et moi) décidons de nous aventurer plein ouest... vers le désert.
Debout aux aurores (le bagne je vous dis...) malgré le fort vent du nord. Arrivés au Pad, l'ambiance mollit un peu. Personne n'a envie de déplier et de voir son aile se retourner... stand by.

13h, comme prévu le vent baisse et nous déplions les bêtes. 14h, tout le monde est en l'air.

Direction plein ouest, comme prévu. C14 à 3600m, Eric, Laurent, René et moi nous regroupons pour "l'assaut".


René et sa position "Vintage" ;-)

Ça marche pas trop en direction de l'ouest, Eric (comme quoi on lui aurait délibérément caché notre balise... et patati et patata...) renonce, tout comme René qui nous fait un point bas Namibien (très bas, puis remontée à 4000m).

Nous nous retrouvons donc Laurent et moi (étonnant non...), le nez dans la barre de contrôle les yeux rivés sur la flèche indiquant la direction de la balise. Côte à côte en transition, j'en ai les frissons tellement c'est beau.


La lune (Photo L. Zahn)

Je prends à gauche du col, lui à droite. Bingo pour moi, plaf à 4200m... le paysage s’aplatit. Je m'avance vers la balise. Le panorama devient grandiose... ça ressemble à la planète Arakis (pour ceux qui on lu Dune...).


Les portes du désert (Photo L. Zahn)

Je m'avance sur le désert, mais ça ne sent pas "l' Epice" (toujours Dune...) mais plutôt le sapin. -6, puis -8 m/s, mon VR se transforme en parapente (zut... j'avais pourtant promis...). Mais comme dis Fred, plus ça descends fort, plus ça doit monter fort... quelque part!


Votre serviteur (Photo L. Zahn)

Le problème c'est bien le quelque part… ça peut être n’importe où !
Prudent, je me replie sur le col où de petites reliefs me semblent « accueillants ». L’acceuil est mitigé, cocon ouvert, je contacte Fred pour lui annoncer ma galère. « ça va remonter, me dit-il… c’est sur… ».
Je commute sur « vol Jura » et je tourne tout ce qui monte. Ca paye et je me refais dans la douleur… 3200m je respire un bon coup d’oxy (merci Patrick) et ça repart. Je fonce plein pot sur la pompe de tout à l’heure… elle est toujours là cette brave petite.
C’est du lourd ! 8m/s affichés… ça c’est de la grande main qui te propulse dans le ciel (copyright Fred Pignet).
Plafond 4450m, le monde est à moi… en fin surtout la finesse pour atteindre l’attéro.
Juste le temps de décommander la récup’ et je fonce sur le Pad.

Au final, pas de grosse distance (117 km) mais des paysages à couper le souffle et de l’adrénaline à gogo… que demande le peuple.

Cette fois, Eric (71 ans pour ceux qui l’auraient oubliés…) met une petite pâtée aux « p’tits jeunes » grâce à un vol plus conservateur de 123 km.

3 commentaires:

Vianney a dit…

Merci pour les images et les commentaires, j'en frissonne moi aussi, il fait 2 ° en Rhône Alpes et je compte les jours avant le départ. Paysages juste sublimes...
Par contre voler dans le grand bleu ça me fait flipper, je vais me retrouver par terre en 2 sec dans ces conditions. Bonne chance pour les conditions météo à venir.

bonobo a dit…

Un jour j'apprendrai le suisse car les expressions sont à mourir de rire. Bon faut dire que c'est bientôt mon tour et je ris nerveusement ;-) Les photos sont impressionnantes merci à tous
Bonobo

bonobo a dit…

je pense que tout le monde est d'accord pour décerner un minaret d'or à Eric qui vous nique tous...