Pages

dimanche 6 décembre 2015

Que d'aventures ces derniers jours ! jeudi matin, départ à l'aube avec Jean-Marie et son fougueux ulm pour une « chasse au gibier » ; nous sommes curieux de voire ce qui a survécu à la terrible sécheresse… nous découvrons d'abord quelques petits groupes de springboek, des gazelles sauteuses, puis les koudous, eland, gnous, et encore d'autres antilopes inconnues. Au dire de Jean-Marie les troupeaux sont moins nombreux et fournis, mais le spectacle est grandiose pour le novice que je suis. Le summum arrive avec le survol des gracieuses girafes, puis la découverte des rhinos…



Un copieux petit déjeuner, puis départ au pad où on se fait surprendre par un dust qui arrive par derrière le hangar et retourne l'ulm ! Tom prends la relève, mais une fuite d'eau fait chauffer son moteur alors que je suis à la remorque, il me fait signe de larguer… et c'est très pénalisant car chaque faux départ entame notre énergie ; ramener l'aile au point de départ, ôter les nombreuses couches d'habits trempés de sueur, recontrôler le matos et se rééquiper… le deuxième remorquage est très turbulent, je largue bas par pitié pour mon brave remorqueur qui se fait ballotter devant moi, mes camarades sont partis, je me contenterai d'un petit vol en local (bon, faut quand même pas se plaindre, ici, un petit vol en local, c'est quand même 3 heures, 4500 mètres de plafond et 100 km en triangle!)
Vendredi démarre comme dans un rève. Départ tôt, remorquage impeccable, plafond atteint en quelques dizaines de minutes, l'oxygène et la radio fonctionnent, le tuyau de la gourde est en place, je suis bien installé dans ma cabine de première classe et je met le cap à l'ouest en direction du désert du Namib en companie d'Yvan et Opal. Après 50 km, ils ont pris un peu d'avance, mais les cumulus refluent à l'est, je les vois galérer bas et bifurque au sud. C'est la cavalcade sublime, de nuage en nuage, les plafs à 4800m. les transitions à 90 km/heure, j'ai aussitôt franchi les 80 km qui me séparent des tables. Il est temps faire demi-tour et je me fais une réflexion que la réalité ne va pas tarder à démentir : aujourd'hui c'est la Namibie pour les nuls !


Effectivement un imposant cumulus me barre le chemin du retour, pas encore vraiment congestus, mais un rideau de pluie en descend. Je fais un large détour sur le rand (plateau ouest) pour le dépasser et me retrouve un peu bas sur la C14. Occupé à me refaire je n'ai pas remarqué qu'il a grossi et me ratrappe. Le vario s'emballe, je suis en mode fuite à donf, plein pot ! Je vais trop vite pour mon vieux VR, tout à coup il entre dans de terribles vibration, j'ai l'impression que l'aile à explosé, le vario est arraché de la barre de contrôle en cassant sa sécurité, je ralentis un peu le « flutter » se calme, mon aile est intacte, seule la speedbar est désespéramment vide ! Je trouve enfin une zone descendante et me pose comme une fleur au bord de la piste, sous la pluie et bien secoué ! Jean-Marie vient me chercher et me ramène sirotant une savanna bien fraîche.


Aujourd'hui dimanche, pause après six journées de vols consécutive : le ciel est couvert et un peu de repos nous fera grand bien !

4 commentaires:

emmanuel de chalendar a dit…

Trop bien ! J ouvre aussi une biere a vot'santé . Manu

jean-paul Montignac a dit…

On s'y croirait... Super jp

jean-paul Montignac a dit…

On s'y croirait... Super jp

Phiphi a dit…

Super les gars.
C'est bon ça de pouvoir suivre vos aventures... qui me replongent là-bas aussi. Merci pour le partage, c'est top.

Phiphi... un peu frustré quand même de ne pas être avec vous cette année.